40 % de détaillants supplémentaires créent leur propre boutique en ligne en 2022

[ad_1]


(G-D) Carlo Thelen, directeur général de la Chambre de commerce du Luxembourg ; Lex Delles, ministre luxembourgeois des PME ; Tom Baumert, président du GIE Observatoire national des PME ; Crédit : MECO

Un nouveau rapport a offert un aperçu de l’évolution du secteur du commerce de détail au Luxembourg au cours des dernières années.

Le ministre luxembourgeois des Petites et Moyennes Entreprises (PME), Lex Delles, le directeur général de la Chambre de commerce du Luxembourg, Carlo Thelen, et le président du GIE de l’Observatoire national des PME, Tom Baumert, ont récemment présenté pour la première fois le « Retail Report », qui a été annoncé dans le cadre du « Pakt Pro Commerce » l’année dernière.

La Direction générale des PME, la Chambre de commerce luxembourgeoise et la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC) ont lancé le Pakt Pro Commerce en 2016 ; son objectif est de stimuler et de soutenir le développement du commerce local par une série d’actions concrètes.

Le « Retail Report 2023 » fournit des informations globales sur le commerce de détail, sa structure et sa répartition géographique. Il propose également de nouvelles conclusions sur le développement du commerce de détail. Ce nouveau rapport met en lumière trois constats essentiels sur la situation commerciale au Luxembourg :

1. Malgré une légère baisse du nombre de commerces (-2,7%) en centre-ville depuis 2019, la surface commerciale a augmenté de 2,9% et la vacance commerciale (hors Horeca) a diminué de plus de 5% sur cette même période . Selon les initiateurs de ce rapport, cela démontre une certaine résilience du centre-ville de Luxembourg face aux crises sanitaire et énergétique, ainsi qu’une consolidation progressive de son commerce.
Cependant, la croissance des centres commerciaux du pays continue de dépasser celle du centre-ville, même dans les trois ans suivant l’ouverture du plus grand centre commercial du pays, avec une augmentation de 3,2 % du nombre de commerces de détail et une augmentation de 10 % du surface de vente.

2. Le rapport met en évidence des différences importantes entre les différentes branches d’activité : les secteurs de l’alimentation (+11,8%) et de la pharmacie (+10,9%) ont connu une bonne croissance grâce aux changements démographiques, selon le rapport. Les magasins de bricolage (+22,3%) et ceux vendant des produits pour animaux ou du matériel de jardin (+7%) ont également évolué positivement pendant la crise sanitaire.
En revanche, les boucheries (-5,1 %) et les parfumeries (-6,0 %) ont connu une forte baisse. Dans le secteur de la mode, sur lequel un focus particulier est mis dans le Retail Report 2023, le nombre de magasins a diminué de 8,6 %. En revanche, la surface de vente totale consacrée à l’habillement progresse légèrement (+1,6%).
Concernant le secteur de l’hôtellerie (Horeca), le rapport note un déplacement significatif de la restauration traditionnelle (+1,7%) vers la restauration rapide (+26,4%), bien que les deux branches aient connu une croissance.
A l’inverse, les cafés et bistrots (-5,1%) ainsi que les bars et clubs (-6,8%) ont été plus durement touchés par la pandémie.

3. Le rapport montre également une augmentation notable des formats de vente alternatifs au Luxembourg, tels que les pop-up stores et les showrooms (+33,3%), ainsi que les magasins de mode d’occasion (+42,9%). Cependant, ceux-ci représentent encore une minorité d’entreprises. Par ailleurs, le e-commerce gagne du terrain au Luxembourg, avec une augmentation de 40% des commerces traditionnels ayant leur propre boutique en ligne en 2022 par rapport à 2019.

Le ministre Delles a décrit ce nouveau rapport comme «une étape majeure dans le domaine de l’analyse et de l’observation du commerce de détail au Luxembourg » Il a précisé : « Nous avons créé un outil de soutien fondamental qui apporte une aide concrète aux municipalités et aux entreprises du secteur. Nous accompagnons donc de manière proactive le développement du commerce de détail afin que les points de vente physiques restent un élément essentiel de nos centres-villes. À l’avenir, nous souhaitons également élargir l’analyse du cadastre commercial, par exemple en incluant des informations sur les zones d’activité. »

Tom Baumert a indiqué que « le cadastre du commerce est bien plus qu’un simple recueil de données commerciales, c’est un puissant outil de soutien à l’économie luxembourgeoise. En offrant un aperçu unique et détaillé de la situation commerciale à l’échelle nationale, il nous permet de suivre les tendances du marché et ainsi donner des recommandations éclairées. Et en mettant les données et les rapports à la disposition de toutes les parties prenantes du commerce, les avantages qui en résultent sont accessibles à tous. »

Carlo Thelen a présenté les détails du service aux entreprises « Localyze.lu »: les entreprises luxembourgeoises actives dans les secteurs du commerce de détail et de l’Horeca ont désormais la possibilité de bénéficier des données du cadastre du commerce, non seulement via les contenus disponibles sur le Géoportail, mais aussi grâce aux analyses de marché mises à disposition gratuitement grâce à la coopération entre la Chambre de commerce luxembourgeoise, la Direction générale des PME et la CLC.



[ad_2]

Lire d’autres articles du blog ici

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *